Les Tsars de Foncourt
Sibériens traditionnels et Neva Masquerade

click on the right side for translation

 
 
 Quelques principes élémentaires de génétique féline :


d'après le site Pawpeds - cours de génétique féline d'Ulrica Olsson - traduit par Catherine Muller-Sautreau, chatterie d'Ailuropus http://www.pawpeds.com/pawacademy/courses/genetics/index_fr.html

 Quand on débute l'élevage, le minimum serait d’apprendre comment les couleurs sont transmises chez les chats.
Pour cela, il est tout d'abord nécessaire d'apprendre à reconnaître les différentes couleurs et les différents patrons
 
Le chat domestique "originel" est un chat brun, agouti (on dit aussi tabby ou plus communément "tigré"), à poils courts. Toutes les autres couleurs et les différents patrons sont apparus plus tard, par mutations.


1. Les chromosomes 

Pour chaque paire chromosomique d'un individu, un chromosome est hérité de la mère et l'autre du père. Le sexe de cet individu dépend du spermatozoïde qui féconde l'ovule : s'il contient un chromosome X, on a une femelle, et s'il porte un chromosome Y, cela donne un mâle.
 
Les différentes versions d'un gène spécifique sont appelées allèles. Tout organisme possède deux allèles déterminant chaque caractère, et chaque allèle est hérité d'un des parents.
Chaque cellule reproductrice comporte seulement un allèle issu de la paire allélique du parent. 
Lors de la fécondation, une nouvelle combinaison est créée.
Les deux allèles d'une paire chromosomique peuvent être identiques : dans ce cas, l'individu est dit homozigote pour cette paire d'allèles; si les allèles sont différents, l'individu est dit hétérozigote pour cette paire allélique.
 
Durant la division cellulaire, les chromosomes homologues d'une même paire s'apparient et s'enjambent pour échanger des fragments d'ADN. Ce phénomène est appelé crossing-over ou recombinaison.
De cette façon, le chromosome qu'un individu hérite de sa mère contient en réalité des fragments du chromosome de sa grand-mère maternelle et des fragments du même chromosome de son grand-père maternel.
Toutefois, il n'en demeure pas moins que des allèles situés sur un même chromosome tendent à être associés les uns aux autres : les gènes en question sont alors dits "liés".


 2. Roux et/ou noir ?

Il existe seulement deux types de pigments différents: l'eumélanine, qui donne la couleur noire, et la phæomélanine, qui donne la couleur rousse.
Un mâle ne peut exprimer qu'un seul des types de pigmentation, tandis qu'une femelle peut avoir les deux (écailles de tortue ou tortie).
Cela tient au fait que le gène déterminant la pigmentation est situé sur le chromosome X. Donc son mode de transmission est lié au sexe (gonosomique). Puisqu'un mâle a un chromosome X et un chromosome Y, il peut seulement porter SOIT l'allèle codant pour la pigmentation noire, SOIT l'allèle codant pour la pigmentation rousse. La pigmentation d'un chat mâle vient donc toujours de la mère (pratiquement cela signifie qu'une femelle rousse ne pourra donner que des chatons mâles roux).
A l'inverse, les femelles ont deux chromosomes X : elles peuvent donc porter A LA FOIS un allèle codant pour le noir et un allèle codant pour le roux. Aucun de ces deux allèles n'est dominant sur l'autre (ils sont codominants), donc la chatte pourra être à la fois rousse et noire, c'est-à-dire tortie ou écaille. Bien sûr, une femelle peut aussi porter l'allèle codant pour le noir sur ses deux chromosomes X : dans ce cas, elle sera noire. Elle peut tout aussi bien porter l'allèle codant pour le roux sur ses deux chromosomes, et exprimera alors le roux. Pratiquement cela signifie qu'un mâle rioux ne pourra donner que des chatons femelles rousses ou tortie)
En matière de robe féline, cela ne concerne que l'alternative noir et/ou roux.
Les gènes déterminant le silver, le tabby et le non-tabby, la dilution, etc. ont un mode de transmission qui n'est pas lié au sexe (autosomique).

  
3. Tabby (agouti) ou non-Tabby (non agouti) ?

Chez un chat tabby, certains poils sont rayés et les autres sont entièrement colorés.
Par exemple, chez un chat brown tabby, les poils des zones sombres sont uniformément noirs, tandis que les poils des zones brunes alternent schématiquement des bandes noires et brunes.

 tête de sibérien classique tabby
La version non tabby du brown tabby est le black solid (uni). 



L'allèle déterminant l'expression du non-tabby est récessif
Ainsi, les deux parents doivent être porteurs de l'allèle non-tabby pour que leurs descendants puissent être non-tabby.
Néanmoins, sur les chats roux, le gène non-tabby n'agit pas si bien: les chats roux non-tabby présentent des marques analogues à celles qu'ils pourraient exprimer s'ils portaient effectivement l'allèle tabby. Pour déterminer si un chat roux est tabby ou non-tabby (self), on observe la zone située entre le nez et la bouche: un chat tabby y présentera une couleur blanche ou très pâle, tandis qu'un chat non-tabby a une couleur à peu près similaire au reste de la tête à cet endroit. La même chose vaut pour les chats à la robe crème. On peut aussi regarder les bords de l'intérieur des oreilles: ils sont plus clairs chez un chat tabby que chez un chat non-tabby. 


4.  Blotched, mackerel, ticked or spotted ?

Cette question ne concerne que les chats tabby.
Un chat mackerel présente, comme un maquereau, des rayures verticales relativement fines sur le corps (il est "tigré").
Chez un chat blotched, les bandes sombres des rayures sont plus larges et le dessin est davantage marbré.

 dos de sibérien classique blotched
Un chat spotted est tacheté.
Un chat ticked a une bande sombre le long de l'épine dorsale, qui se prolonge jusqu'au bout de la queue. En revanche, sur le reste du corps, il est un pur agouti sans aucun dessin. On appelle aussi cela le patron abyssin. 

Les trois patrons blotched tabby, mackerel tabby et ticked sont déterminés par trois allèles différents qui se disputent un même locus.
L'allèle codant pour le ticking est dominant sur les deux autres, et l'allèle du mackerel est dominant sur l'allèle déterminant le patron blotched.

 5. Dilution ou non ?
Sous l'action du gène de la dilution, les couleurs ont l'air moins denses.
A l'œil, la robe paraît plus claire, exactement comme un mélange de grains de sable noirs et blancs semble gris.
L'allèle déterminant la dilution est récessif.

Sous son action, un chat black deviendra blue et un chat red sera cream. Quant au brown tabby, il devient un blue tabby.


6. Chocolate (chocolat) or cinnamon (cannelle)/sorrel ?

Sous l'action de l'allèle chocolate, le pelage a l'air plus clair, pour des raisons indépendantes de l'action de l'allèle de la dilution. 
Chez les chats chocolate, les granules pigmentaires noires, qui sont rondes à l'état non-mutant, s'aplatissent légèrement. De la sorte, la lumière s'y réfracte davantage et la robe paraît plus claire. 
Cet allèle est également récessif. 
Un chat qui aurait été black en son absence prend une couleur "chocolatée", comme le nom l'indique. 
Un chat blue devient lilac (lilas). 
L'allèle chocolate n'a pas d'influence sur la pigmentation rousse, donc un chat red reste red, et un cream demeure cream. 
L'allèle chocolate est d'abord apparu chez le Siamois. On peut donc le rencontrer dans toutes les races qui admettent le patron point des Siamois (sauf le Sibérien Neva Masquerade où il n'est pas admis !).
 L'allèle cinnamon/sorrel aplatit encore davantage les granules pigmentaires, de sorte que la robe paraît encore plus claire. 
Cet allèle est récessif aussi bien par rapport à l'allèle chocolate que par rapport à l'allèle déterminant une pigmentation normale

Un chat exprimant la dilution qui est aussi homozygote pour la paire allélique cinnamon/sorrel est de couleur fawn (faon). La nuance de sa robe est alors plus proche du beige ou de l'ivoire. L'allèle cinnamon n'a aucun effet sur les couleurs rousse ou crème.
ATTENTION ! Ces couleurs ne sont pas admises chez le Sibérien !


 7. Le patron Color point

 Les chatons au patron Colorpoint (siamois) naissent d'abord complètement blancs. 
La coloration du masque n'apparaît pas avant la première semaine au minimum. En effet, chez un chat au patron siamois, les cellules ne peuvent pas produire de pigment si la température est trop élevée : tant que les chatons sont confortablement installés dans le ventre de leur mère, bien au chaud, aucun pigment ne se développe. 
Après leur naissance, la température baisse suffisamment pour que des pigments soient fabriqués aux extrémités les plus froides, telles que les oreilles, les pattes et la queue. 
Ce phénomène d'interdépendance entre la pigmentation et la température est appelé acromélanisme.
Le gène Colorpoint est récessif, pour obtenir un chat Colorpoint il faut donc que les deux parents soient porteurs du gène.


8. Silver ou Smoke ?

L'allèle silver (smoke) est dominant
Il inhibe le développement de la pigmentation sur le poil. Le sous-poil sera blanc, tandis que l'extrémité du poil conservera sa couleur. 
Chez un chat tabby, l'expression la plus évidente du silver se verra dans les zones plus claires, entre les marques sombres du tabby. Un chat silver et non-tabby (solid) sera appelé smoke.


9. Le chat blanc

L'allèle qui rend un chat totalement blanc est dominant
Cet allèle inhibe le fonctionnement normal des cellules responsables de la coloration du poil : aucune coloration n'est produite. 
Un chat complètement blanc peut ainsi porter les allèles déterminant le black/le red, le tabby/le non-tabby, la dilution/la non-dilution, etc. 
L'allèle du blanc dominant est donc épistatique.

Les chats totalement blancs ont souvent une tache de couleur sur le crâne à la naissance. Celle-ci disparaît quand le chat développe sa fourrure adulte. Cette tache peut permettre de savoir quelle couleur le chat porte "réellement" sous son manteau blanc.

Les chats totalement blancs sont souvent sourds: cela est dû à une dégénérescence de la cochlée dans l'oreille interne. La surdité est résolument plus fréquente chez les chats blancs aux yeux bleus que chez ceux qui ont les yeux jaunes, même s'il y a aussi des chats blancs aux yeux jaunes qui sont sourds et des chats blancs aux yeux bleus qui entendent parfaitement bien. La surdité peut aussi ne toucher qu'une seule oreille. C'est souvent le cas des chats aux yeux vairons, l'oreille sourde étant située du même côté que l'œil bleu.

10. Les marques blanches

Le mode de transmission des marques blanches des particolores demeure toujours incertain.
La théorie généralement acceptée propose qu'un allèle à dominance incomplète, noté S (le gène pie), induit un certain degré de marques blanches. ss indiquerait un chat sans blanc. Ss donnerait un chat bicolore (les pattes et les jambes, le plastron et le museau étant recouverts de blanc). SS donnerait un chat avec beaucoup de blanc, comme les arlequins ou les vans.

 
11. Le rufisme

Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle religion !
Sous le terme de rufus, on inclut les assez larges variations de la pigmentation brune des chats.
La quantité de rufus détermine si un chat brown tabby aura un brun chaud ou une couleur plus grisonnante.
De même, elle détermine si un chat red sera d'un roux profond et chaud ou d'une nuance orangée et pâle. On rencontre toutes les nuances entre ces deux extrêmes.
Plus il y a de rufus, plus la couleur est chaude.
 

12. Les « écailles de tortue »

Qu'est-ce qui fait que, chez une écaille, certaines zones sont rousses, et d'autres noires? 
Quelques jours après la fécondation, quand la première cellule s'est divisée en de nombreuses cellules identiques, l'un des chromosomes X (qui code le roux ou le noir, faut-il le rappeler !) est rendu muet dans chaque cellule : pour le reste de la vie de l'individu, il n'y aura qu'un seul des chromosomes X qui fonctionnera
Le chromosome X inactivé est déterminé au hasard. 
Dans les divisions cellulaires ultérieures, toutes les cellules-filles auront le même chromosome X inactivé que dans les cellules-mères. 
C'est ce qui fait que la chatte présente un mélange de marques rousses et noires, comme une mosaïque.

 
Donc, théoriquement, un mâle ne peut pas être "écaille" car il n'a qu'un seul chromosome X. 
Pourtant, de temps en temps, il y a un mâle écaille dans une portée.

Comment est-ce possible?
Il faudrait qu'il ait deux chromosomes X !
C'est exactement comme cela qu'on explique l'existence de mâles écaille. Ils ont un problème au niveau de leurs chromosomes : ils ont deux chromosomes X et un chromosome Y.
Soit la mère a transmis ses deux chromosomes X par son ovule, soit le père a transmis son chromosome X et son chromosome Y via son spermatozoïde.
On appelle ce phénomène le "syndrome de Klinefelter".
Le chromosome surnuméraire induit la stérilité.

 
13. Poils courts ou poils longs ?

L'allèle induisant les poils longs est récessif.
Les longueurs de robe différentes que l'on peut observer entre un Persan et un chat à poils mi-longs (comme par exemple un Ragdoll) sont dues à des polygènes modificateurs, c'est-à-dire des gènes en interaction aux effets amplifiants ou minorants, desquels dépendent toutes les variations entre poils longs et poils courts.

 

  
J'espère que vous n'aurez pas trouvé cela trop indigeste... Mais dites-vous bien que c'est le B-A-BA que devrait savoir tout éleveur qui se respecte et qui respecte la race qu'il a choisi d'élever !

 



Créer un site
Créer un site